chaudière au mazout

Les modes d’entretien d’une chaudière au mazout

Ce n’est plus un sujet à discuter, une chaudière a besoin d’attention régulière. S’il s’agit d’un combustible au mazout, la maintenance ne représente pas seulement une nécessité. C’est aussi une obligation commandée par la loi. La seule question qui reste est donc de savoir comment entretenir ce genre de chauffage.

Obligation de faire appel à un chauffagiste agréé

En plus de l’obligation de contrôle annuel, les utilisateurs de chauffage à mazout doivent appeler un chauffagiste agréé pour accomplir l’entretien de son appareil et ses dérivés. Après chaque intervention, le professionnel doit procurer une attestation à son client en guise de preuve.

Selon l’accord des deux parties, le professionnel effectue soit les actions strictement obligatoires soit une maintenance complète. Ces options sont à voir avec un chauffagiste du site ajusto.be. Pour un contrat simplifié, le contrôleur procède à la vérification et le nettoyage des divers organes de fonctionnement de la chaudière. En même temps, il s’assure de l’absence de monoxyde de carbone dans les fumées.

Convenir un contrat complet d’entretien

Quand on parle de contrat complet, le professionnel va jusqu’à : ramoner la cheminée, remplacer le gicleur en cas de besoin, nettoyer le corps de chauffe, de la veilleuse et du brûleur, vérifier l’étanchéité des conduits de combustions et du système de sécurité, réajuster le tir de l’appareil en présence de bruits, de vibration ou de la présence d’une fumée anormale et redémarrer la chaudière pour assurer le bon état de marche.

Lors d’un contrôle obligatoire, il faut compter au moins 100 euros. Cela peut valoir plus pour un entretien en entier. Cependant, pourquoi ne pas profiter du chauffagiste pour s’occuper de tout ? Une somme assez conséquente certes, mais rentable sur le moyen terme du fait qu’on gagne beaucoup en économie sur la consommation.

Le moment pour entretenir une chaudière au mazout

L’entretien d’une chaudière au mazout se réalise idéalement pendant le printemps ou l’été, c’est-à-dire lors de la saison chaude. En fait, l’automne et l’hiver constituent les temps de redémarrage donc vaut mieux que le chauffage soit fonctionnel avant le retour du froid. D’ailleurs, on limite le risque de se trouver avec une chaudière en panne en plein hiver.

En tout cas, la maintenance pendant l’automne et l’hiver reste possible sauf que les chauffagistes sont moins disponibles. Justement, les dépannages urgents s’avèrent très fréquents pendant ces temps. Si on décide d’attendre ces moments, on conseille de prendre un rendez-vous en avance.

A lire aussi :  Système de sécurité pour entreprise : les bons conseils

La fréquence de l’entretien

En ce qui concerne la fréquence, tout utilisateur de chaudière à mazout doit savoir que le contrôle et l’entretien de ce genre de chauffage doivent être exécutés une fois par an. C’est une obligation légale à laquelle on ne peut pas se soustraire sous peine d’amende. En effet, c’est valable dans toute la Belgique que ce soit en Wallonie, Flandre ou Bruxelles.

Cela concerne notamment les chaudières utilisant un combustible liquide avec une puissance supérieure ou égale à 20 kW. Le but consiste à s’assurer de la sécurité, à veiller au respect de l’environnement, à garantir l’économie d’énergie et le bon fonctionnement de l’appareil.

Entre deux visites, le propriétaire d’une chaudière à mazout peut purger régulièrement les radiateurs. Il s’agit d’ouvrir le petit robinet de manière à couler l’eau puis le refermer. Bref, il est important d’exploiter tous les entretiens possibles afin d’optimiser au maximum son appareil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *